Shalom

La famille interculturelle qui a choisi le courage d’être différente

Ronayb et Gaëlle évangélisent le pays où ils sont en mission par leur façon d’éduquer les enfants, de gérer les problèmes familiaux et de vivre leur vie quotidienne.

Lui est Brésilien, elle est Française. Les enfants sont nés en Uruguay, pays où ils habitent actuellement. Telle est la famille missionnaire et interculturelle de Ronayb et Gaëlle Fernandes, couple consacré de la Communauté de Vie Shalom. Le couple a choisi d’être différent et de d’aller à contre-courant des temps actuels. En interview à comshalom , ils racontent comment ils vivent cette expérience et quel impact elle a eu sur les choix de vie de leurs enfants.

Unis par la mission

Ronayb était en mission en Uruguay en 2010. Cette année-là, au cours d’une retraite à Fortaleza, au Brésil, il a rencontré Gaëlle, la première missionnaire française de la Communauté de Vie. Durant la retraite, ils se sont rapprochés, et ont pu partager leurs expériences d’évangélisation en tant que missionnaires à l’étranger. À la fin de la retraite, Ronayb souhaitait continuer les partages avec sa nouvelle amie, et lui a demandé de lui envoyer des textes de la retraite par e-mail. Toujours serviable, elle s’est proposée de les imprimer et les lui donner en mains propres, ne sachant pas que le réel intérêt du jeune homme était d’avoir son contact.

Et ça a marché. Bientôt les deux commenceraient à partager sur leur vie, leur mission. Avec le temps, Dieu a suscité quelque chose d’autre dans leur cœur. Ils ont alors commencé une démarche de discernement, et plus tard ont entamé une période d’approfondissement de leur amitié, que dans la Communauté Shalom on appelle « cheminement ». Vers la fin de 2011, ils ont commencé une relation – à longue distance : Ronayb était toujours en mission en Uruguay alors que Gaëlle habitait au Brésil. Pendant ce temps, la Divine Providence a pris soin de chacune de leurs rencontres. Ils ont continué dans leur parcours de vie de couple, d’autoconnaissance, ainsi que de projet de vie, culminant en une belle cérémonie de mariage le 10 mai 2014.

Le courage d’être différent

« Être différent dans la vie missionnaire, c’est être dans les mains de Dieu, c’est croire avec confiance qu’il a toujours le meilleur pour nous », explique Ronayb. Le missionnaire définit sa famille comme interculturelle, car en elle se rencontrent les coutumes brésiliennes, françaises et uruguayennes. Qui plus est, du fait que ce sont des missionnaires de la Communauté Shalom, ils ont un style de vie propre à cette vocation.

Munis de tout ce bagage, et sûrs que Dieu veut toujours le meilleur pour ses enfants, Ronayb et Gaëlle évangélisent leur terre de mission. Le couple rapporte que leur façon d’éduquer les enfants, de gérer les problèmes familiaux et de vivre leur vie de famille est pour beaucoup de familles un témoignage fécond.

Le missionnaire dit aussi qu’il y a des questionnements de la part des personnes qui ne comprennent pas la réalité missionnaire de sa famille. Au milieu de tout cela, le couple vit l’expérience d’être lumière pour les nations, ce qui les remplit encore plus de courage pour continuer à nager à contre-courant. Ainsi, en tant que famille, peuvent-ils être une prophétie pour le monde, et surtout pour l’Uruguay.

Tout vient de Dieu

Les matinées de prière, l’apostolat, les activités domestiques, la messe quotidienne, les activités communautaires… Malgré cette routine intense, le couple s’efforce de donner la priorité à la vie de prière. « Nous avons besoin de moments de prière en tant que couple, parce que les enfants reçoivent ce que nous leur transmettons », commente Ronayb. Ils ont deux garçons, qui seront bientôt rejoints par une petite fille. Depuis tout petits, les enfants connaissent la Divine Providence qui agit dans la vie de la famille. « Nous tenons à leur dire toujours que tout vient de Dieu, que tout Lui appartient ».

En plus, les petits apprennent très tôt une autre leçon : « Nous nous bénissons l’un l’autre avant de dormir, bénissons nos enfants et leur disons de nous bénir eux aussi ». Ce mouvement est très important, car il transmet une valeur fondamentale aux enfants. Le couple souhaite, d’ailleurs, que leurs enfants soient de plus en plus imprégnés de l’Évangile, de la gratitude, de la solidarité. Et tout cela, ils l’apprennent à la maison, en étant ensemble avec les parents, en écoutant chacun attentivement, à travers un vrai dialogue.

Traduction: Lucas Lourenço


Commentaires

[fbcomments]

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *