Communauté

La Nativité du Seigneur

comshalom

Nous approchons du mystère qui émoi chaque homme et femme de bonne volonté. Dieu est là. Non pas dans l’ouragan ; non pas dans le tremblement de terre ; non plus dans la brise légère ; Dieu est là, dans ce bébé qui pleure. Dieu est un bébé ! Dieu est petit ! A partir de ce jour, Dieu se fait petit, « Dieu est si puissant qu’Il peut se faire faible » (Benoît XVI). Dieu embrasse la petitesse et la pénètre. Dieu embrasse la faiblesse et elle devient capable de Dieu. Réjouissez-vous, les faibles ! A partir de ce grand jour ou de cette douce nuit, tous les faibles, les petits, les impotents, LES PECHEURS sont devenus capables de Dieu ! Jésus naît au cœur de la nuit, au cœur même du monde. A partir de cette nuit, « nos misères ne sont plus des obstacles à l’action de Dieu, mais des moyens de sanctification »(Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus).

Alors, « il n’est pas permis d’être triste, lorsqu’on célèbre sa vie ; personne n’est tenu à l’écart de cette allégresse, car le même motif de joie est commun à tous. Notre Seigneur, chargé de détruire le péché et la mort, n’ayant trouvé personne qui en fût affranchi, est venu en affranchir tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche du triomphe. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie » (Saint Léon le Grand)

Celui qui est venu nous affranchir du péché est déjà parmi nous ! Pleurs, larmes de bonheur ! Il vient, tel qu’un petit bébé se blottir dans notre cœur. Au plus profond de notre âme, Dieu qui se fait tout petit pour ne pas nous anéantir avec  la puissance de sa Gloire est présent. Il arrive doucement pour nous préparer à sa manifestation dernière. Dieu dort en nous…pour que nous nous réveillions : « Homme, éveille-toi : pour toi, Dieu s’est fait homme. Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera. Pour toi, je le répète. Dieu s’est fait homme. Célébrons le jour de fête où, venant du grand jour de l’éternité, un grand jour éternel s’introduit dans notre jour temporel si bref. » (Saint Augustin)

Dieu est devenu fils de l’homme pour que l’homme devienne fils de Dieu, nous disent les Pères de l’Eglise. Cette nuit nous pénétrons ce grand aujourd’hui de Dieu, où retentit le cri du psalmiste : « Je proclame le décret du Seigneur ! Il m’a dit : ‘tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » (Ps 2,7) Fils de Dieu ! En Jésus, nous devenons des fils de Dieu ! Notre source est l’Amour ! Source d’amour, de joie, de bonheur, de service, de don de soi, de vie…C’est du Père qui vient toute chose, et nous devenons fils du Père. « Rejetons donc l’homme ancien avec ses agissements, et puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre conduite charnelle. » (Saint Léon le Grand)

Oui, si le Christ est né, c’est pour nous qu’il l’a fait. C’est pour nous sauver, guérir, libérer. C’est une nuit où de grandes grâces se répandent sur l’humanité, grâces de conversion, de transformation intérieure. Voyons le témoignage de notre Petite Thérèse : « Il fallut que le Bon Dieu fasse un petit miracle pour me faire grandir en un moment et ce miracle Il le fit au jour inoubliable de Noël ; en cette nuit lumineuse qui éclaire les délices de la Trinité Sainte, Jésus le doux petit Enfant d’une heure, changea la nuit de mon âme en torrents de lumière…en cette nuit où il se fit faible et souffrant pour mon amour, il me rendit forte et courageuse, il me revêtit de ses armes et depuis cette nuite bénie, je ne fus vaincue en aucun combat, mais au contraire je marchai de victoires en victoires et commençai pour ainsi dire une course de géant ! »

            En cette nuit très sainte, notre Seigneur veut nous faire commencer, à notre tour, cette « course de géant » qu’est la sainteté. La grâce est là. Que par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie et de Saint Joseph, notre cœur soit pleinement ouvert à cette Grâce de vie nouvelle dans le Christ. Amen.

Daniel ramos 


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *