Shalom

La Vocation Shalom : une grâce bien au-delà des nations

L’expérience de Justine Lafferrière avec la Vocation Shalom exprime l’universalité du charisme de la communauté qui est né au Brésil, mais qui n’est pas spécifique à une nation, une culture ou une langue.

L’anglais, le français, l’italien, l’espagnol, l’allemand et même l’arabe et le hongrois font partie des langues que la communauté Shalom a développées en vue de l’évangélisation. Justine Lafferrière, membre de la Communauté de Vie, est le fruit et l’instrument de cette sagesse de Dieu. Pour la missionnaire, la Vocation Shalom s’est révélée de plus en plus universelle. « On ne peut pas continuer à évangéliser avec des sous-titres, il faut aimer les gens en commençant par parler leur langue maternelle », souligne-t-elle.

Justine, de nationalité française, nous raconte qu’elle a rencontré la communauté à Massy – à un peu plus de 20 km de Paris. C’est par l’intermédiaire d’un ami ayant découvert Shalom lors des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) en 2013 à Rio que la jeune femme a appris l’existence de la communauté dans la ville où elle vivait. Cependant, c’est en 2015 qu’elle s’est rapprochée du charisme Shalom, en aidant à l’organisation et à la traduction du Congrès des Jeunes Shalom (CJS) en France.

Durant le CJS, Justine a participé à la prédication de Moysés Azevedo et a fait l’expérience de l’effusion de l’Esprit Saint. Par la suite, elle a cheminé de manière de plus en plus ferme vers la Vocation Shalom. Le contact avec les missionnaires brésiliens a favorisé son apprentissage de la langue portugaise. En effet, outre le français, Justine parle l’anglais, l’italien, le portugais et un peu l’allemand. Ses facilités pour les langues étrangères l’ont amenée à être responsable de l’accueil des artistes du festival Halleluya lors des JMJ de 2016 en Pologne.

Bien au-delà des nations

L’expérience de Justine avec la Vocation Shalom exprime l’universalité du charisme de la communauté qui est né au Brésil, mais qui n’est pas spécifique à une nation, une culture ou une langue. La jeune missionnaire fait en effet remarquer qu’il est possible de reconnaître Shalom au milieu des différents usages de chaque pays. « C’est quelque chose qui dépasse de loin les nations et les cultures », souligne-t-elle. Ayant été en mission dans différents pays (France, Italie, Pologne, Panama, Brésil), elle partage que l’amour sponsal est l’un des plus beaux aspects à contempler dans chaque culture. C’est d’ailleurs la lecture du chapitre sur l’amour sponsal dans les « Écrits » qui l’a le plus marquée pendant son cheminement de découverte de la Vocation Shalom.

 

Expériences internationales

Lors des JMJ 2019 au Panama, Justine a fait partie du groupe des présentateurs des événements centraux des JMJ. Chaque présentateur étant responsable d’une langue, Justine représentait la langue française. Pour elle qui venait de quitter le « Discipulat Eusebio » (maison de formation des missionnaires de la Communauté de Vie), ce fut une occasion concrète d’assumer son appel et sa vocation en tant que Shalom.

 

Traduction: Marie Laissy


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *