Communauté

Le dernier repas – Jeudi Saint

Celebração-Eucarítica-91Le passage de la dernière cène de Jésus chez Saint Jean s’inscrit dans une partie de l’Evangile que les exégètes appèlent « le livre de la gloire ». Et cela parce que pour Jean, la gloire de Dieu en Jésus se manifeste sur la Croix. Le sens est celui-ci : « ayant aimé les siens, Il les aima jusqu’au bout » (Jn 13,1). Jésus les aime jusqu’au don de soi-même, Jésus nous aime ainsi ! Jésus descend consciemment, Il se livre, personne ne l’oblige à s’offrir, Il se donne librement. Le verbe utilisé pour sa mort, d’ailleurs, du grec, s’approche beaucoup plus de « s’est livré », « s’est donné », que la traduction « Il a rendu l’esprit ». C’est un acte d’amour qui s’accomplit à partit de la cène par le lavement des pieds jusqu’à sa mort. C’est l’amour de Dieu qui pousse Jésus à tout faire (« Tout ce que je fais je le reçois de mon Père »). C’est vraiment le cœur de l’Evangile !

Le style des chapitres (13 au 17) est un style testamentaire : dans la Bible, nous voyons cela en Gn 49 (les bénédictions de Jacob à ses fils), Dt 33,1-29 (les paroles que prononça Moïse avant de mourir), Ac 20,17-38 (les adieux de Paul à Milet). Le discours testamentaire dans la Bible suit normalement les séquences suivantes : celui qui va mourir réunit ses fils et souvent les personnes qui lui sont les plus proches ; puis il leur donne son dernier enseignement résumant l’essentiel de ce qu’il veut leur laisser ; il présente sa vie et sa personne comme un exemple et prédit le destin futur de son peuple. Or, c’est exactement cela que Jésus fait entre les chapitres 13 et 17 de Saint Jean : Il livre le grand commandement de l’amour, Il donne témoignage de cet amour en s’abaissant devant les disciples pour leur essuyer les pieds et il fait un long discours sur l’essentiel de son enseignement (le Paraclet, l’amour du prochain, la persécution du monde, sa relation intime avec son Père, etc.)

Jean souligne combien Jésus maîtrise les événements : « sachant que le Père a tout remis entre ses mains », « ayant aimé, Il les aima… ». C’est vraiment Jésus qui prend l’initiative. Il aime « jusqu’au bout », cela signifie à la fois jusqu’à la mort et jusqu’à l’extrémité de l’amour.

Les gestes du lavement des pieds y sont pour essayer d’introduire le lecteur dans toute l’immensité du mystère de l’amour : Jésus « dépose » son vêtement et le reprend, à la fin du rite : les deux verbes grecs sont utilisés pour signifier la mort acceptée librement et la Résurrection. Le lien avec la mort de Jésus est confirmé avec la résistance de Pierre. Le symbole du lavement des pieds introduit les disciples dans la communion avec la souffrance du Christ ; accepter que le royaume de Dieu se fait dans un amour inconditionnel à Dieu et par conséquent à tous les hommes ; cela est très exigeant, et doit emmener le disciple du Christ à une participation à la croix du Seigneur. Pierre résiste à cette révélation de l’amour. Jésus lui dit que c’est la condition pour participer à la vie même de Dieu. Le bain dont Jésus parle est le bain de la Parole de Dieu acceptée qui purifie le cœur du disciple. Ce bain Pierre a déjà reçu : l’autre type de bain, c’est la pleine communion à la Passion du Seigneur, qui se fait à la croix.

Le lavement des pieds signifie donc la mort de Jésus anticipée par le symbole ; mais aussi l’appel de Jésus à ses disciples, pour le suivre dans le service aux frères. Celui qui comprendra cela, sera heureux ! C’est la promesse du Seigneur : celui qui vit comme Lui, sera pleinement heureux, aura participation au bonheur de Dieu. Servir, aimer, se donner, et tout cela vécu librement, comme conséquence de l’accueil de l’Amour de Dieu, voilà le secret du bonheur. C’est l’Evangile, c’est le centre de tout, le cœur de tout. C’est le testament de Jésus, vécu déjà par Lui. C’est le mystère de la vie divine devant nos yeux ! C’est après le lavement des pieds que Jésus parle de sa relation avec le Père et de l’envoie du Paraclet. Que le Seigneur nous fasse comprendre et vivre l’immensité de ce mystère ! Amen !

Daniel Ramos

Communauté Catholique Shalom


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *