Formation

L’Eucharistie

« L’Eucharistie est le sacrement dans lequel, sous les espèces du pain et du vin, Jésus-Christ est réellement et substantiellement présent, avec son Corps, son Sang, son Âme et sa Divinité, pour notre nourriture spirituelle. C’est donc le plus sublime de tous les sacrements, celui dont émanent et où convergent tous les autres, le centre de la vie liturgique, expression et nourriture de la vie chrétienne. (CIC 1324 et 1326).

comshalom

La Présence réelle du Corps et du Sang du Christ en nous accomplit un grand miracle, car, au lieu que le processus naturel du pain se transforme en nous, il se passe exactement le contraire, c’est nous qui nous transformons en ce pain, qui est Jésus lui-même. L’Eucharistie a été instituée par Jésus lors de la Cène pascale, prescrite par la loi hébraïque, qu’il a célébrée avec les apôtres la veille de sa mort (Mt 26, 26-28).

L’Eucharistie est le Corps même du Christ et nous sommes, par notre baptême, son corps mystique, comme ce corps est présenté au Père en sacrifice, nous sommes aussi offerts, avec Jésus, au Père en sacrifice pour tous les hommes.

En raison de sa grande richesse, prenons un peu plus de temps pour contempler un si grand mystère. Nous verrons le sacrement de l’Eucharistie en deux dimensions. La première dans la même dimension que ce qui avait été dit sur le sacrement et la seconde sur l’Eucharistie comme sacrifice. C’est un sacrifice parce qu’il est offert et un sacrement lorsqu’il est reçu.

« L’Eucharistie est la source et le sommet de toute vie chrétienne. Elle est le Christ lui-même et contient donc tout le bien spirituel de l’Église. (CAT 1324).

 

Dans l’Eucharistie, nous anticipons la vie éternelle où le Christ est tout en tous

Le mot Eucharistie signifie d’abord action de grâces à Dieu. Dans ce sacrement, dans les espèces du pain et du vin, Jésus-Christ est vraiment présent en Corps, Sang, Âme et Divinité. Le sacrifice de Melchisédech et le sacrifice de l’Agneau pascal sont des préfigurations de l’Eucharistie dans l’Ancien Testament. Dans ce sacrement une grâce n’est pas communiquée, mais c’est le Christ lui-même qui se donne à nous. D’où sa suprématie sur les autres sacrements, en plus du fait que tous les autres visent à une meilleure réception de l’Eucharistie.

Les Saintes Écritures précisent, comme dans aucun autre sacrement, le moment de l’institution de l’Eucharistie par Jésus. Les évangiles synoptiques relatent la dernière cène et le moment précis de l’institution où Jésus prend le pain et le vin, les bénit et les donne aux disciples en leur disant qu’ils sont Son Corps et Son Sang.

Pour que cet acte se perpétue et se réactualise chaque jour, le Seigneur dans sa bonté nous a donné des prêtres de la Nouvelle Alliance. Après les paroles du prêtre lors de la consécration, qui sont les mêmes que celles de Jésus, le Christ lui-même est déjà là. Immense mystère ! Sous nos yeux, le Dieu Infini se fait petit dans un simple morceau de pain et un peu de vin. Le plus grand des miracles !!!

Seul le prêtre peut consacrer le pain et le vin, il est le ministre de l’Eucharistie. Tout baptisé en état de grâce peut recevoir, même s’il est un enfant.

Les fruits que l’Eucharistie produit en nous sont grands. Par ce sacrement, nous entrons en union intime avec Jésus. C’est la plus grande grâce. Par elle-même, l’Eucharistie produit un accroissement de grâce sanctifiante, l’âme se transforme en Christ. De plus, lorsque nous recevons l’Eucharistie, nous recevons une grâce sacramentelle spécifique, c’est-à-dire tout ce que la nourriture produit par rapport à la vie du corps, de même que l’Eucharistie par rapport à la vie de l’âme. Ce sacrement nous apporte encore le pardon des péchés véniels, qui affaiblissent l’âme, et nous préserve des péchés mortels. Et chaque communion renforce l’incorporation à l’Église, Corps du Christ, réalisée dans le Baptême.

 

La présence réelle de Jésus-Christ dans l’Eucharistie

De même qu’il est vivant et glorieux au Ciel, il est aussi naturellement présent dans l’Eucharistie, mais de manière sacramentelle. Par conséquent, il est dit que concurremment avec le Corps de Jésus il y a aussi son Sang, son Âme et sa Divinité, et de même, là où est son Sang, il y a aussi son Corps, son Âme et votre Divinité. La foi en la présence réelle, vraie et substantielle du Christ dans l’Eucharistie nous assure donc qu’il y a le même Jésus qui est né de la Sainte Vierge, qui a vécu en secret à Nazareth pendant trente ans, qui a prêché et soigné tous les hommes toute sa vie, il est mort sur la croix et, après être ressuscité et monté au ciel, il est assis à la droite du Père.

Le Christ est dans chaque hostie consacrée et dans chaque parcelle d’entre elles : La présence réelle du Christ dans l’Eucharistie est l’un des principes principaux de notre foi catholique. En tant que vérité de foi qui dépasse complètement l’ordre naturel, la raison humaine ne peut la démontrer par elle-même.

La vérité de la Présence réelle et substantielle de Jésus dans l’Eucharistie a été révélée par Lui-même lors du discours qu’Il a prononcé à Capharnaüm (Jn 6, 51-56).

 

Le mode de la présence réelle

La présence réelle du Christ dans l’Eucharistie est un mystère que la raison ne peut saisir. Cependant, le Magistère de l’Église nous enseigne qu’il y a dans le Saint Sacrement de l’Eucharistie une conversion unique et merveilleuse de toute la substance du pain dans le Corps du Christ, et de toute la substance du vin dans son Sang, conversion dans laquelle le Église catholique appelée transsubstantiation (Concile de Trente).

La transsubstantiation a lieu en vertu de la toute-puissance divine, lorsque le prêtre prononce les mots de forme (paroles de consécration) sur la matière (pain et vin) de sorte qu’après avoir fini, ni la substance du pain ni la substance du vin n’existent plus (seulement ses accidents ou apparences extérieures). (CAT 1373 à 1377).

Le Seigneur Jésus est présent parmi les fidèles lorsqu’ils se rassemblent en son nom (Mt 18,20) ; Il est aussi présent dans la prédication de la Parole de Dieu, car lorsque les Saintes Écritures sont lues dans l’Église, c’est Lui qui parle ; Il est aussi présent dans les sacrements, puisque ce sont les actions du Christ. Cependant, la présence de Jésus dans l’Eucharistie est d’un autre ordre ; elle est dite « réelle » pour montrer qu’elle est différente de ces autres modes évoqués plus haut.

Elle est appelée réelle non par exclusion, comme si les autres présences du Christ (dans la prière, la Parole et dans les autres sacrements) n’étaient pas réelles, mais parce qu’elle est une présence substantielle : par elle le Christ, Dieu et l’Homme deviennent présents, entiers et intègre. C’est donc méconnaître ce mode de présence, l’imaginer de manière spirituelle, comme s’il s’agissait du corps glorieux du Christ partout présent, ou s’il se réduisait à un simple symbolisme.

Sous l’espèce sacramentelle, et dans chacune de ses particules lorsqu’elles se fractionnent, est contenu tout Jésus-Christ avec son Corps, son Sang, son Âme et sa Divinité. Comme le Christ est présent dans l’Hostie consacrée à travers la transsubstantiation du pain et du vin, partout où il y avait du pain (ou du vin), il y a maintenant la substance du Corps et du Sang du Christ.

Jésus-Christ est présent à la manière de la substance qui est toute entière dans chaque partie du lieu. (Ex. la substance de l’eau se trouve dans une goutte ainsi que dans l’océan ; la substance du pain est présente à la fois dans une miette de pain et dans le pain entier) donc, lorsque l’hostie est divisée, tout le Christ est dans chaque fragment de celui-ci.

Sous l’espèce du pain il n’y a pas seulement le corps du Christ, ni seulement son Sang sous les apparences du vin : dans chacune des deux espèces il y a le Christ tout entier. Là où est le Corps, il y a, par concomitance, le Sang, l’Âme et la Divinité ; là où le Sang est aussi par concomitance se trouvent le Corps, l’Âme et la Divinité. Jésus est présent dans l’Eucharistie avec la nature humaine (Corps, Sang et Âme) et avec la nature divine (Divinité). L’Ame et la Divinité y sont présentes en raison de l’union hypostatique qui s’opère dans la personne du Christ entre sa nature humaine et sa nature divine. « Le corps et le sang sont par conversion, et l’âme et la divinité par un réel concours (Saint Thomas).

Louons et adorons Celui qui est ! Nous devons courir vers les tabernacles et remplir les messes, car nous croyons que c’est le Christ, le même qui a vécu à Nazareth il y a 2000 ans, celui qui est né de la Vierge Marie.

Saint Alphonse nous dit que nous devons avoir des dispositions convenables pour la communion et nous cite celles-ci : Être en état de grâce, vouloir être un saint, vouloir grandir dans l’amour de Jésus, faire de fréquentes méditations, mortifier les sens et les passions, donner des actions de grâces après la communion et vouloir être de Dieu.

Si nous voulons grandir dans la vie spirituelle, nous devons nous approcher assidûment, le cœur bien préparé, de la table du Seigneur. Nous devons avoir une conscience bien formée quant à l’importance fondamentale de la célébration eucharistique (Messe) dans nos vies, car à travers elle nous recevons le pain de vie à travers la Parole divine et l’Eucharistie.

Nous devons aussi nourrir en nous un désir ardent d’adorer le Saint-Sacrement à chaque occasion qui se présente et nous devons promouvoir cela dans nos vies, car nous serons devant le Dieu vivant qui nous aime tant. C’est une chose merveilleuse dont tous ceux qui viennent à lui peuvent être témoins.

Nous pouvons Lui parler, nous donner à Lui. Profitons de la communion pour approfondir notre amitié, avec un ami si doux qui vient toujours nous rendre visite même si la maison est un peu en désordre. Il veut notre présence, c’est pourquoi Il vient nous transformer en Lui, nous donnant Sa vie.


Commentaires

Attention : nous souhaitons vous rappeler qu’intellectuellement et moralement, vous êtes le seul responsable des textes que vous écrivez, et qu'ils ne représentent pas l'opinion de la Communauté Shalom. Les commentaires vulgaires, agressifs, outranciers, blasphématoires, sacrilèges ; ceux contenant des insultes, des dénigrements, des propos pornographiques, sont interdits. Les éditeurs se réservent le droit de supprimer sans préavis les commenaites qui ne respectent pas ces règles ou sont hors sujet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.